Juin 01 2012

Bienvenue sur mon blog !

Je serai au Double Fond à la rentrée dans un tout nouveau spectacle en édition limitée (7 représentations seulement !) : « Ensemble » avec ma fille et toute la troupe du Double Fond du 6/10 au 10/11/2017… Et  je serai aussi en duo avec Alexandra dans notre spectacle « De très près » les vendredis 29/09, 17/11, 22/12 et mardi 26/12/2017.

Ce blog est né de la passion que j’éprouve pour la magie et de la passion que j’ai de communiquer avec ceux qui aiment la prestidigitation comme je laDominique Duvivier par Harcourt respire moi-même.
Que mes ennemis aillent voir ailleurs…
Que mes amis virtuels ou réels viennent à moi comme j’ai envie d’aller vers eux.

J’aime passionnément mon métier qu’est la magie mais mon hobby c’est aussi la magie… Deux passions en une, le pied quoi !

Chaque lundi matin un nouveau texte de mon cru sera édité ci-dessous et ce sera notre point de départ pour discuter, raisonner, imaginer ensemble des nouvelles pistes de recherches…
Il y aura tantôt des pistes de travail, tantôt des histoires qui m’inspirent etc. Plein de directions pour avancer ensemble quoi !
Elle est pas belle la vie ?
Pourquoi avons-nous tant de chance ?

A bientôt

Amitiés

Dominique DUVIVIER



Août 21 2017

Peintures Marie-Christine Duvivier

Marie-Christine, ma femme et mon éminence grise,  veille non seulement sur moi depuis 48 ans (oui, vous avez bien lu… nous sommes ensemble depuis 1969 !), mais elle est aussi une artiste accomplie et ce dans beaucoup de domaines artistiques différents. Aujourd’hui nous parlerons de peinture. Voici une dizaine d’œuvres de son cru. Régalez-vous les yeux. C’est maintenant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Août 14 2017

MAGIPHAGEUH N°61 : La disponibilité du public en magie

Si on réfléchit, on s’aperçoit que les spectateurs ne viennent jamais voir des tours précis, ou très rarement (je parle bien sûr du public lambda, pas des magiciens). On n’apprend jamais que les spectateurs veulent voir le tour des « Anneaux chinois » ou du « Journal déchiré » par exemple. Bien sûr ils ont pu déjà voir ces tours, mais leur démarche n’est jamais de venir pour revoir les classiques, comme cela peut être le cas dans le domaine de la musique ou de la danse classique par exemple. Remarquez aussi que si vous demandez à un spectateur ce qu’il aimerait voir comme tour de magie avec des cartes, vous constaterez qu’il aura très peu d’idées sur la question. Tout cela pour dire que le spectateur est parfaitement disponible pour que vous, magicien, vous l’embarquiez dans votre univers. Cette fraîcheur du spectateur dans le cadre d’un spectacle de magie est une chance inouïe quand on y pense ! En tant que magicien, nous jouissons d’une liberté qui est très précieuse. Soyons-en conscients ! Mais c’est aussi une grande responsabilité qu’il ne faut pas gâcher…

 


Août 07 2017

Podcast « Et si c’était vrai ? » : émission n°38

Dominique-DuvivierChers amis,

Voici la 38ème émission de mon podcast, enregistrée en février 2015 avec Lionel dit « Le Marquis », moi-même et ma fille Alexandra.

Installez-vous comme d’habitude, confortablement.

Bonne lecture audio !

Pour écouter le podcast sur Itunes, cliquez ici !

Sinon, cliquez ci-dessous sur la barre d’écoute…

Dominique Duvivier

PS : Je vous rappelle que vous pouvez vous abonner au podcast directement par son RSS mais également sur iTunes : les personnes possédant des iPhones, iPod ou iPad peuvent donc s’abonner directement (et gratuitement) sur la plateforme d’Apple et disposeront ainsi automatiquement des prochains numéros.

Play

Juil 31 2017

La citation du jour…

Voici de quoi se revigorer ou simplement se laisser aller…

 

« Le bonheur, on ne le trouve pas, on le fait. Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque, mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous avons. »

Arnaud Desjardins, voyageur, écrivain et réalisateur.

 

 

La vie est si belle si on la considère comme une étude, un apprentissage comme un autre…


Juil 24 2017

La magie est d’abord un art du partage

Article à lire sur profession-spectacle.com :

« Au Double Fond, la magie est d’abord un art du partage », CLIQUEZ ICI !

Photo : Benjamin Decoin


Juil 17 2017

Numéro spécial Dominique Duvivier – Interview avec David Stone suite et fin

Mes chers et fidèles lecteurs,

Pendant quelques semaines, vous allez pouvoir lire les pages qui m’étaient consacrées dans « La Revue de la Prestidigitation » en janvier 2015… avec la permission de la rédaction bien sûr ! J’espère que cela vous plaira.

Bonne lecture à tous

Amitiés

Dominique Duvivier

 

 

 


Juil 10 2017

MAGIPHAGEUH N°60 : Le territoire du magicien de close up

Pour un magicien de close up, le cadre de la rencontre avec le public, c’est le tapis. Un tapis grand format si possible, car il vous offre une surface de travail raisonnable pour réussir à imposer, sans en avoir l’air, votre territoire d’action. Comme je l’ai déjà décrit dans une de mes publications (« Cartomagie années 2000 »), ce territoire est divisé en trois segments précis : la zone du spectateur, la zone dite neutre (au centre) et la vôtre. Mais selon le charisme du magicien ce tapis peut être d’emblée son territoire à 100% ! Le magicien ne fera alors qu’en « prêter » temporairement des zones au spectateur, sans même que ce dernier en soit conscient.

Mais, me direz-vous, comment s’y prendre dans les conditions de close up de table en table ? Impossible de placer un tapis entre une assiette et celle du voisin ! Dans cette discipline à part on ne possède rien. Aucune place n’est prévue pour le magicien. Tout se gagne… ou pas ! Il transporte son espace sur lui, en quelque sorte. S’il sort un objet et montre quelque chose avec, son espace a tendance à se réduire à cet objet. Tout l’art consiste donc, avec cet objet ridiculement petit, à prendre possession de l’espace virtuel qu’il a créé pour l’étendre à toute la surface de la table. Il faut apprendre à étendre la focale. Petite remarque en passant : la focalisation de base est souvent fonction de la méfiance naturelle du public vis-à-vis de l’objet magique qui lui est présenté. La décontraction du spectateur est indispensable pour qu’il puisse voir « plus loin  » que ce qu’on lui montre en vérité.

Mais sinon, voici une piste qui résout le problème en partie et qui a fait ses preuves avec moi des centaines de fois. Quand j’arrive à une table, je dis que je vais tenter un nouveau truc. Puis je me ravise en affirmant que finalement, il vaut mieux faire autre chose… et je vais pour commencer cet autre tour… A ce moment-là, ça ne rate jamais, un convive intrigué me demande pourquoi je ne veux plus faire ce que j’avais commencé. Je lui réponds que, pour ce tour, j’avais besoin d’être assis. Il me propose alors sa place, je la refuse, il insiste…. et pour lui faire plaisir, je finis par accepter. Et hop, lui est debout et moi je suis assis à la table dans la configuration idéale pour travailler ! Vous pourrez trouver cette pratique gonflée, voire inutile (si vous préférez travailler debout), mais la solution est bonne car, si elle est bien gérée, elle ne gêne personne… et vous serez plus à même d’impressionner le public de la table. En effet, en restant debout, il y a beaucoup de choses à gagner avant d’arriver à conquérir le public, alors qu’assis, la partie est gagnée d’avance à plus de 70%.


Juil 03 2017

Podcast « Et si c’était vrai ? » : émission n°37

Dominique-DuvivierChers amis,

Voici la 37ème émission de mon podcast, enregistrée en février 2015 avec Lionel dit « Le Marquis », moi-même et ma fille Alexandra.

Installez-vous comme d’habitude, confortablement.

Bonne lecture audio !

Pour écouter le podcast sur Itunes, cliquez ici !

Sinon, cliquez ci-dessous sur la barre d’écoute…

Dominique Duvivier

PS : Je vous rappelle que vous pouvez vous abonner au podcast directement par son RSS mais également sur iTunes : les personnes possédant des iPhones, iPod ou iPad peuvent donc s’abonner directement (et gratuitement) sur la plateforme d’Apple et disposeront ainsi automatiquement des prochains numéros.

Play

Juin 26 2017

Numéro spécial Dominique Duvivier – Interview avec David Stone

Mes chers et fidèles lecteurs,

Pendant quelques semaines, vous allez pouvoir lire les pages qui m’étaient consacrées dans « La Revue de la Prestidigitation » en janvier 2015… avec la permission de la rédaction bien sûr ! J’espère que cela vous plaira.

Bonne lecture à tous

Amitiés

Dominique Duvivier

 


Juin 19 2017

Le Double Fond : un rêve devenu réalité

J’ai créé le Double Fond pour montrer qu’on pouvait présenter des shows entiers à base de magie de close up. Quand je vois le succès grandissant de ce lieu, je suis parfois étonné que, maintenant 30 ans après sa création, il reste encore le seul en Europe, voire dans le monde à ne vendre que du close up (certains théâtres ou cabarets sont bien entièrement dédiés à la magie, mais présentent tous les types de magie). Il faut dire que, comme d’habitude, un nombre assez incalculable de personnes préfèrent critiquer le concept avec un air très assuré, alors qu’elles n’ont jamais pris la peine de mettre les pieds au Double Fond ! Ah ah, je ris, je ris ! Tant pis pour elles, mais c’est bien dommage. Au lieu de se bouffer le nez, on aurait pu travailler tous ensemble dans le même sens et le close up serait encore plus incontournable qu’il ne l’est aujourd’hui. Bref. J’avais donc un rêve : bosser pour obtenir un « close up de scène » assez performant pour pouvoir rivaliser avec les machines de guerre des confrères dignes de ce nom dans le domaine des grandes illusions (David Copperfield et consorts). Pour ce faire il fallait pouvoir s’entraîner comme il le faut, alors j’ai acheté Le Double Fond pour travailler. Ni plus ni moins ! J’avais déjà roulé ma bosse un paquet d’années avec le close up de table en table ou en cocktail et j’en avais marre. Marre de ne pas pouvoir m’exprimer davantage, artistiquement parlant. Je voulais vraiment créer des spectacles que les gens pourraient venir découvrir comme on va découvrir une pièce de théâtre ou un one man show. Pas facile d’ailleurs car absolument rien de tel n’existait. Il a fallu créer un besoin auprès du public : aller voir un spectacle de magie de close up. Sacré challenge ! Il a fallu l’éduquer dans ce sens et… il a fallu apprendre à être à la hauteur ! Au début tout était à créer. Tout était déroutant, pour ne pas dire chiant et compliqué à gérer.Surtout que, les premières années, les gens s’arrêtaient au Double Fond sans vraiment savoir où ils venaient. Ils étaient au bar ou en terrasse et nous devions les « séduire » pour qu’ils aient envie d’aller voir « plus » en réservant pour un spectacle. Ce qui veut dire que, tout en étant à la tête de ce lieu unique et magnifique dédié à la magie, je devais continuer, quelque part, cette magie que je n’aimais plus trop pratiquer : le close up « sauvage » de table en table ! Mais voilà, petit à petit, nous avons fidélisé un public, nous avons aussi progressé forcément (puisque nous n’avons pas arrêté de travailler), le bouche à oreille a fonctionné et le bonheur a pointé le bout de son nez. Aujourd’hui on dit que c’est un lieu « mythique » et je suis fier de ce rêve qui est devenu réalité. La magie qu’on peut y voir est assez novatrice et j’ai la prétention de penser que si celle-ci ne l’était pas, le Double Fond n’existerait plus depuis plusieurs années. Plus que jamais le close up plaît. J’y ai toujours cru, mais quel plaisir de voir aujourd’hui l’engouement qu’il provoque ! A l’heure du tout-numérique et de la suprématie des réseaux sociaux virtuels, les gens adorent venir se retrouver dans notre petite salle pleine comme un œuf et vivre la magie de l’instant présent. Pour ça le close up est idéal : c’est la magie de l’humain. On ne peut pas être plus près les uns des autres, on rit, on rêve, on hallucine tous ensemble, tout est en parfaite interaction. De nos jours, tout le monde a faim de cette sensation, non ?